Wall Street : les fabricants d'armes profitent des émeutes aux Etats-Unis

Les titres des fabricants d'armes à feu ont grimpé lundi à Wall Street sur fond d'émeutes et de pillages dans de nombreuses villes américaines, après la mort de George Floyd, un afro-Américain tué par...

Les titres des fabricants d'armes à feu ont grimpé lundi à Wall Street sur fond d'émeutes et de pillages dans de nombreuses villes américaines, après la mort de George Floyd, un afro-Américain tué par un policier, le 25 mai à Minneapolis. Le cours de Smith & Wesson a bondi de 15,1%, celui de Sturm Ruger & Company a pris 9,4%, et Axon Enterprise a flambé de 18%, anticipant une nouvelle hausse de la demande d'armes de la part des Américains, notamment des commerçants craignant les pillages.

Vista Outdoor (+9,7%), Olin Corporation (+4%), Sportsman's Warehouse (+4,1%), et Big 5 Sporting Goods (+3,7%) ont aussi profité du climat anxiogène causé par la multiplication des manifestations à Minneapolis, qui se sont étendues à de nombreuses villes depuis une semaine, notamment Los Angeles, New York, Boston et Washington. Des couvre-feux ont été instaurés dans certaines zones, notamment à Beverly Hills et Santa Monica, deux quartiers aisés de Los Angeles, où le couvre-feu est entré en vigueur lundi dès 13H00 et jusqu'à lendemain à l'aube.

Vers une nouvelle année record pour les ventes d'armes ?

Avant même cette flambée de violence, les ventes d'armes ont fortement augmenté depuis le début de la crise du coronavirus, entretenues par la crainte d'une hausse de la délinquance et de troubles sociaux liés à l'épidémie, qui a fait plus de 100.000 morts aux Etats-Unis, et aggravé les inégalités sociales. Les mesures de confinement prises pour juguler l'épidémie ont entraîné une récession brutale, et environ 40 millions d'Américains ont perdu leur emploi depuis deux mois.

Sur les 5 premiers mois de 2020, le FBI a enregistré 15 millions de demandes de vérification des antécédents criminels, une démarche obligatoire pour acheter une arme à feu, soit plus de la moitié des demandes enregistrées sur l'ensemble de 2019, qui a été une année record avec 28 millions de demandes.

Le mois de mars a battu des records historiques sur un mois, avec 3,74 millions de demandes de vérification des antécédents criminels, et en mai, ces demandes ont encore dépassé les 3 millions, soit le troisième mois le plus actif de l'histoire.

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :