Wall Street accélère ses pertes, inquiétudes sur la trêve commerciale

A Wall Street, l'indice Dow Jones accélérait ses pertes jeudi à la mi-séance, les inquiétudes quant à un regain de tensions entre Pékin et Washington grandissant avec l'arrestation d'une cadre du grou...

A Wall Street, l'indice Dow Jones accélérait ses pertes jeudi à la mi-séance, les inquiétudes quant à un regain de tensions entre Pékin et Washington grandissant avec l'arrestation d'une cadre du groupe Huawei.

Vers 17H00 GMT, l'indice vedette de Wall Street perdait 2,43% à 24.419,71 points, particulièrement touché par un plongeon de l'action de la multinationale Boeing (-6,02%), après avoir abandonné jusqu'à 3,14% quelques minutes auparavant.

L'action de l'avionneur, très dépendant du marché chinois, plongeait en raison des inquiétudes sur le commerce mais également "à la marge par toute l'actualité entourant le crash du Boeing 737 en Indonésie" le 29 octobre, a observé Art Hogan de B. Riley FBF.

Le Nasdaq lâchait quant à lui 1,44% à 7.055,40 points et le S&P 500 2,13% à 2.642,45 points, affectés principalement par l'actualité autour de la guerre commerciale.

La Chine s'est insurgée contre l'arrestation au Canada, sur demande des Etats-Unis, d'une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, apportant un regain de tension dans une atmosphère déjà glaciale entre les deux pays dans le domaine commercial depuis de nombreux mois.

"L'idée que l'on pourrait obtenir une résolution rapide de ce conflit est en train de partir en fumée", a affirmé M. Hogan.

Huawei est "une énorme entreprise, plus grosse que Boeing, et c'est le deuxième plus gros vendeur de téléphones derrière Samsung" dans le monde, ce qui expliquait ce regain de tensions, a expliqué de son côté Chris Low de FTN Financial.

Les valeurs chinoises cotées à la Bourse de New York souffraient de cette situation de défiance, Baidu perdant 1,48% et Alibaba 3,38%.

Les entreprises du secteur de l'énergie étaient également nettement touchées par une chute des cours du pétrole.

Le plongeon observé à la Bourse de New York a eu pour conséquence d'entraîner dans son sillage l'ensemble des places européennes à la clôture, la Bourse de Paris clôturant à -3,32%, Francfort à -3,48% et Londres à -3,58%.

Le sentiment de nervosité ambiant a par ailleurs fait bondir l'indice de volatilité des marchés, le VIX, à son plus haut niveau depuis la fin octobre.

Cette fébrilité ambiante s'était ressentie à Wall Street dès l'ouverture des échanges électroniques mercredi soir, qui ont été interrompus à plusieurs reprises en raison de la forte volatilité, a affirmé CME Group.

alb/jum/bh

© 2018 AFP