Wall Street : à l'équilibre, au sommet

Wall Street s'affiche à l'équilibre ce jeudi soir à trois heures de la clôture, après avoir enregistré hier de nouveaux sommets historiques, soutenu notamment par les Minutes rassurantes de la Fed. Le...

Wall Street s'affiche à l'équilibre ce jeudi soir à trois heures de la clôture, après avoir enregistré hier de nouveaux sommets historiques, soutenu notamment par les Minutes rassurantes de la Fed. Les investisseurs ont pris connaissance aujourd'hui des derniers résultats trimestriels de Citigroup et JP Morgan, en attendant ceux de Wells Fargo ou encore Bank of America demain. Le DJIA fléchit actuellement de 0,03% à 22.866 pts, le Nasdaq cède 0,01% à 6.603 pts et le S&P500 abandonne 0,09% à 2.553 pts.

A l'issue de sa réunion des 19 et 20 septembre dernier, la Réserve fédérale américaine avait maintenu le statu quo sur sa politique monétaire, tout en laissant la voie ouverte à une nouvelle hausse des taux directeurs avant la fin de l'année. Toutefois, les Minutes de cette réunion, publiées mercredi soir, montrent que les membres du comité de politique monétaire (FOMC) sont partagés sur le caractère passager ou non de la faiblesse de l'inflation. Or, une progression très lente des prix, si elle s'avérait durable, ne plaiderait pas en faveur de la poursuite du relèvement des taux de la Fed.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, l'indice des prix à la production du mois de septembre 2017 est ressorti comme attendu en progression de 0,4% en comparaison du mois antérieur. Hors alimentaire et énergie, le 'PPI' a également grimpé de 0,4%, alors que le consensus était de +0,2%. En glissement annuel cette fois, le PPI de septembre a progressé de 2,6% (+2,2% hors alimentaire et énergie).

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 15.000 la semaine passée à 243.000. Le consensus tablait sur 251.000. La moyenne à quatre semaines atteint 257.500 pour la période terminant le 7 octobre. Un chiffre en recul de 9.500 sur une semaine.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 2,8 millions de barils sur la semaine close au 6 octobre, à 462,2 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 2 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 2,5 millions de barils, contre -0,5 million anticipé, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 1,5 million, contre un repli de 2,1 millions attendu... Sur le Nymex, le baril de brut pour novembre perd près de 2% à 50,4$.

LES VALEURS

JP Morgan Chase (-1%) a présenté ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices s'élèvent à 6,73 Mds$, contre 6,29 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 1,76$, contre 1,58$ un an plus tôt. Les revenus ressortent à 26,2 Mds$, contre 25,5 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,66$, pour des revenus de 25,2 Mds$. Les provisions pour risques de crédits s'affichent à 1,45 Md$, contre 1,27 Md$ il y a un an. Les revenus de la branche CIB reculent de 9% en glissement annuel, à 8,59 Mds$, avec des revenus "Markets & Investor Services" qui chutent de 16% à 5,5 Mds$ (-21% pour les revenus Markets : -27% pour le Fixed Income et -4% pour l'Equity). Les bénéfices de la branche CIB sont ainsi en recul de 13% au troisième trimestre, à 2,55 Mds$.

Citigroup (-2%) a annoncé pour le trimestre clos un bénéfice par action de 1,42$, à comparer à un consensus de place de 1,32$. Les revenus trimestriels ont totalisé 18,2 Mds$, en croissance de 2% en glissement annuel, contre 17,9 Mds$ de consensus. Le bénéfice net consolidé trimestriel de la banque américaine ressort à 4,1 Mds$, contre environ 3,8 Mds$ un an plus tôt. Michael Corbat, le directeur général de Citi, estime que l'établissement a livré un trimestre très solide, soutenu par plusieurs moteurs de croissance et une gestion serrée des dépenses.

Juniper Networks (-5%) revoit à la baisse ses prévisions. L'équipementier américain vise désormais, pour le troisième trimestre (clos le 30 septembre), des revenus compris entre 1,25 et 1,26 Md$ (en prenant en compte des revenus "cloud" plus faibles que prévu), contre une précédente fourchette de 1,29/1,35 Md$, et 1,32 Md$ de consensus. Le bénéfice par action non-GAAP est quant à lui désormais attendu entre 0,54 et 0,56$ sur la période, contre une précédente fourchette de 0,55/0,61$ et 0,58$ de consensus. Les résultats définitifs du troisième trimestre seront publiés le 24 octobre prochain.

Domino's Pizza (-5%) a présenté ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 56,4 M$ (1,18$ par action), contre 47,2 M$ (0,96$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté ressort à 1,27$. Les revenus grimpent à 643,6 M$, contre 566,7 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,23$, pour des revenus de 628 M$. Les ventes US "comparables" grimpent de 8,4%, contre 6,5% de consensus.

United Technologies (+1%) a nommé Judy Marks Présidente d'Otis, le numéro un mondial en matière de fabrication et de maintenance d'ascenseurs, d'escalators et de trottoirs roulants. Judy Marks quitte Siemens pour UTC, où elle occupait le poste de directrice générale de Siemens USA et de Dresser-Rand, entreprise détenue par Siemens.
Elle sera sous la responsabilité directe du Président Directeur Général d'UTC, Greg Hayes, et membre de l'équipe de direction de l'Entreprise.

Amazon.com (+1%) va engager plus de 120.000 personnes pour la cruciale saison des fêtes. Le détaillant en ligne américain maintient donc son niveau de recrutement traditionnel pour cette période. Amazon souligne que bon nombre de ces 'saisonniers' auront l'opportunité de devenir des employés permanents.

AT&T (-4%) a alerté les investisseurs. L'opérateur télécom américain a ainsi précisé que ses comptes du troisième trimestre fiscal allaient être négativement impactés par les récents ouragans ayant frappé les USA, ainsi que par le séisme mexicain. L'impact financier pour AT&T atteindrait 2 cents par titre, estime le groupe, qui dit par ailleurs avoir perdu environ 90.000 abonnés dans la vidéo durant le trimestre, dans un contexte hautement concurrentiel.

Walt Disney (-1%). Les studios Disney, alliés à Universal Pictures (Comcast), Warner Bros (Time Warner), 20th Century Fox (21st Century Fox) et Sony Pictures Entertainment, vont proposer un service facilitant l'achat de films digitaux. Les offres des partenaires seront ainsi proposées par l'intermédiaire d'une unique application.

Alphabet (stable). D'après l'agence Reuters, Waymo, l'unité d'Alphabet dédiée à la conduite autonome, aurait réclamé plus d'un milliard de dollars de dommages, ainsi que des excuses publiques, à Uber. L'affaire concernerait un secret commercial. Uber aurait rejeté la 'proposition'.

Herbalife (stable). L'investisseur activiste Carl Icahn a renforcé sa participation au capital d'Herbalife, passant de 24,6% à 26,2%, selon une déclaration au gendarme américain de marché, la SEC (Securities & Exchange Commission).

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :