Pétrole : l'Opep+ pourrait prolonger son accord

Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé lundi, alors que l'Opep+ envisagerait d'étendre de quelques mois son accord de baisse de la production. Le baril de brut léger américain WTI pour livrai...

Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé lundi, alors que l'Opep+ envisagerait d'étendre de quelques mois son accord de baisse de la production. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a cédé 0,1% à 35,44$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a pris 1,3% à 38,32$.

Le WTI vient de vivre un mois de mai historique, avec une flambée de 88%, après son plongeon d'avril lié à la crise du coronavirus, qui a gelé la demande d'or noir.

Selon un délégué du cartel cité par 'Bloomberg', l'organisation pétrolière et ses alliés envisageraient de prolonger les réductions actuelles d'un à trois mois. Comme la situation sur le marché du pétrole évolue rapidement, la préférence est de prendre des mesures à court terme et de ne pas perturber le rééquilibrage du marché, précise le délégué.

Une réduction de l'offre mondiale supérieure à 10%

L'accord actuel, conclu en avril, lorsque la demande et les prix de l'énergie se sont effondrés en raison de la pandémie de coronavirus, prévoit un assouplissement des restrictions de production à partir de juillet. Alors que la situation doit être discutée lors de la prochaine réunion de l'Opep+, cette semaine, la Russie souhaiterait rouvrir les pompes dès le mois prochain, comme prévu initialement.

Face à la chute historique des cours de l'or noir, l'Opep et ses partenaires se sont engagés en avril à réduire la production de 9,7 millions de barils par jour, soit environ 10% de l'offre mondiale, en mai et juin. En outre, l'Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis ont procédé à de nouvelles réductions volontaires d'environ 1,2 million de barils par jour pour le mois de juin, ce qui porte le total des réductions OPEP+ à près de 11 mbj.

"Nous pourrions assister à une baisse prudente des prix (du brut) étant donné que les prix en aval n'ont pas rattrapé leur retard ... mais si l'OPEP+ accorde une prolongation de trois mois, il est possible que les prix atteignent le niveau de 40 dollars", affirme Lee Sai, économiste chez OCBC.

En dehors du cartel, la production continue également à reculer en Amérique du Nord. Selon les dernières données de Baker Hughes, le nombre de plates-formes pétrolières en activité aux États-Unis a reculé pour la onzième fois consécutive la semaine passée, pour tomber à 222 contre 885 fin 2019.