Mi-séance Paris : le CAC40 tente un rebond, Rémy Cointreau s'envole

LA TENDANCE Le CAC40 tente de rebondir ce jeudi après avoir terminé les cinq dernières séances dans le rouge. Le sursaut est néanmoins léger (+0,19% à 7.056 points) et les volumes très restreints...

LA TENDANCE

Le CAC40 tente de rebondir ce jeudi après avoir terminé les cinq dernières séances dans le rouge. Le sursaut est néanmoins léger (+0,19% à 7.056 points) et les volumes très restreints en l'absence des investisseurs américains, Thanksgiving oblige. Wall Street est d'ailleurs fermée aujourd'hui et ne rouvrira que pour une demi-journée demain. Dans ce contexte, l'actualité est vraiment clairsemée. Les investisseurs continuent à regarder de près l'évolution de la crise sanitaire en Europe avec le durcissement des mesures contre le Covid-19 dans plusieurs pays. En France, le gouvernement devrait annoncer dans quelques minutes l'accès à la troisième dose de vaccin pour tous les adultes.

Outre-Atlantique, la Fed reste au centre des débats sur fond de tensions inflationnistes prolongées. Plusieurs responsables de la Réserve fédérale ont indiqué qu'ils étaient prêts à envisager un resserrement accéléré des mesures de soutien de la Banque centrale ainsi qu'un relèvement plus rapide des taux d'intérêt en cas de persistance des prix élevés, d'après le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed.

Sur le front des valeurs, Rémy Cointreau s'envole après avoir relevé ses objectifs annuels, Orange pointe en léger retrait après l'annonce du départ de Stéphane Richard alors que les valeurs technos (Dassault Systèmes, Téléperformance...) reprennent du poil de la bête après plusieurs séances compliquées sur fond de remontée des rendements obligataires.

VALEURS EN HAUSSE

* Cerinnov s'envole de 25% à 1,62 euro, alors que le groupe a annoncé la signature de plusieurs nouvelles commandes fermes, pour un montant total d'environ 3,1 ME, facturables et livrables pour partie en 2021 et pour le solde en 2022. Portzamparc parle d'une "bonne nouvelle" en ligne avec son scénario de rebond de l'activité (plus de 10 ME de CA cette année et plus de 13 ME l'an prochain).

* Remy Cointreau flambe de 10,8% à 207 euros, au plus haut historique. Il faut dire que le groupe de spiritueux a réalisé un excellent premier semestre, lui permettant de relever ses objectifs annuels. Il vise désormais une croissance organique "très forte" de son résultat opérationnel courant, une croissance organique forte de son chiffre d'affaires, ainsi qu'une amélioration organique de sa marge opérationnelle courante 2021-2022. Le résultat opérationnel courant des six mois clos fin septembre a atteint 212,9 millions d'euros, soit une croissance organique de 104,5% par rapport à la même période en 2020 marquée par le choc de la pandémie de COVID-19. Le consensus était positionné à 155,4 ME. Le résultat de la division cognac, qui représente près de 90% des bénéfices du groupe, a pour sa part progressé de 101,9% à 188,1 ME.

* Capelli grimpe de 4,4% à 23,90 euros après avoir enregistré un chiffre d'affaires semestriel de 141,1 ME, en progression de 9,5%. Sur le plan commercial, la dynamique reste forte sur l'ensemble des typologies de clients et sur tous les pays et régions avec une focalisation accrue sur des projets emblématiques et de grande envergure permettant d'optimiser les frais de commercialisation et les démarches administratives. Pour l'exercice en cours, Capelli a réitéré son anticipation d'une activité en croissance d'environ 20%.

* LDC avance de 3,5% à 99,8 euros au lendemain de la publication de ses comptes intermédiaires. Une publication qualifiée de 'satisfaisante' par le groupe, qui a vu son EBE progresser sur un an de 16% à 198,3 ME pour des revenus de 2,4 MdsE (+12,9% dont 10,9% en organique). Le résultat opérationnel courant a atteint 103,1 ME, en hausse de 14,9%, représentant un taux de marge de 4,3% contre 4,2% au 31 août 2020. Dans un contexte marqué par la hausse sans précédent du prix des matières premières et des charges, LDC estime que de nouvelles revalorisations tarifaires de l'ordre de 9% sont indispensables pour préserver l'équilibre des filières. "L'issue des négociations engagées avec les clients et la réussite des fêtes de fin d'année seront des éléments déterminants pour atteindre un résultat opérationnel courant de l'ordre de 200 ME, équivalent à celui réalisé il y a deux ans".

* Pernod Ricard prend 2,1% à 212,3 euros et signe sa plus forte hausse depuis neuf semaines. Le numéro deux mondial des spiritueux bénéficie logiquement del'excellente publication de son homologue national Remy Cointreau qui a dévoilé ce matin des comptes semestriels nettement supérieurs aux attentes des analystes et en a profité pour rehausser sa guidance annuelle. Du côté des brokers, BNP Paribas Exane a réitéré hier son avis 'surperformer' ainsi que sa cible de 240 euros. Le marché est plutôt partagé sur le titre, avec un biais positif malgré tout, puisque selon le consensus 'Bloomberg', 14 sont à l''achat', 11 à 'conserver' et 2 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 206 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Accor cède 0,5% à 29,2 euros. Une pression vendeuse à relier à une note de Jefferies qui a dégradé le titre à 'conserver' tout en abaissant son objectif de 38,2 à 33 euros. Le broker a pourtant ajouté les hôtels aux acteurs du jeu vidéo dans ses choix sectoriels les plus importants pour jouer la reprise post-pandémique dans les loisirs. Il voit une série d'opportunités dans l'hôtellerie en 2022, anticipant la consolidation du marché et la réapparition des débats sur les retours aux actionnaires. Mais il dégrade Accor par prudence, évoquant l'exposition géographique du groupe dirigé par Sébastien Bazin.

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :