Les marchés financiers mondiaux secoués par la chute de la livre turque

La chute de la livre turque sur fond de crise diplomatique entre Turquie et Etats-Unis a secoué vendredi les principales Bourses et devises mondiales, suscitant les craintes d'une contagion à d'autres...

La chute de la livre turque sur fond de crise diplomatique entre Turquie et Etats-Unis a secoué vendredi les principales Bourses et devises mondiales, suscitant les craintes d'une contagion à d'autres économies, notamment émergentes.

La livre turque vivait une journée noire vendredi, aggravée par l'annonce du président américain Donald Trump d'augmenter fortement les taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium turcs.

La monnaie nationale a même creusé ses plus bas historiques face au dollar, perdant près de 24% de sa valeur dans la journée (par rapport à jeudi à 21H00 GMT). Depuis le début de l'année, sa valeur a fondu de près de 40% face à au billet vert et à l'euro.

Si la devise turque connaît une érosion inexorable depuis plusieurs années, l'hémorragie s'est accélérée ces derniers jours en raison de la grave crise diplomatique avec les Etats-Unis liée à la détention en Turquie d'un pasteur américain.

Devant cette déroute, le président Recep Tayyip Erdogan a appelé ses concitoyens à la "lutte nationale" en échangeant leurs devises étrangères pour soutenir leur monnaie, dénonçant une "guerre économique" contre la Turquie.

-"Effet de contagion"-

La crise turque a entraîné dans son sillage les principales Bourses européennes qui ont toutes clôturé dans le rouge, touchant particulièrement le secteur bancaire.

"Les préoccupations du marché à l'égard de la livre (la monnaie turque) sont liées aux inquiétudes quant à un possible effet de contagion, en d'autres termes une crise des devises émergentes", a expliqué Patrick O'Hare, de Briefing.

"Il y a des craintes que les marchés européens soient plus exposés que prévu au choc turc", a observé pour sa part Jameel Ahmad, analyste pour FXTM. "La dernière fois que je me souviens d'une monnaie" qui a baissé de cette façon "au cours des dernières 24 heures, c'était fin 2014, lors de la crise du rouble russe", a encore commenté l'analyste.

A Paris, l'indice CAC 40 a lâché 1,59% vendredi, l'indice vedette FTSE-100 de la Bourse de Londres 0,97%, tandis que la Bourse de Francfort a cédé 1,99%.

Parmi les autres places européennes, la Bourse de Milan a perdu 2,51% et Madrid 1,56%. L'indice Eurostoxx a reculé de 1,94%.

L'onde de choc a même atteint Wall Street, qui a ouvert en baisse.

La situation était tout aussi tendue sur le marché des changes, où l'euro a chuté à un plus bas en treize mois, mais se reprenait un peu vers 17H00 GMT, s'échangeant à 1,1403 dollar.

Certaines devises de pays émergents souffraient également par rapport au dollar: vers 17H00 GMT, le peso argentin perdait plus de 3%, le rand sud-africain près de 3%, le réal brésilien et le peso mexicain environ 1,3%.

-"Anecdotique"-

Mais pour Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque, "il n'y a pas de risque systémique". "J'ai vu quelques commentaires soulignant que l'on commence à avoir aujourd'hui des tensions sur les monnaies émergentes, mais soyons francs: c'est anecdotique", a-t-il affirmé à l'AFP.

"La dynamique est propre à la Turquie", a jugé de son côté William De Wijlder, chef économiste chez BNP Paribas, interrogé par l'AFP. "Ici, c'est propre à un pays individuel, ce qui veut aussi que cela peut se calmer, pour autant que le pays finisse par prendre les mesures qui s'imposent".

Parmi les mesures qui pourraient soutenir l'économie turque, M. Dembik cite notamment "un appel au Fonds monétaire international" ou "le contrôle des capitaux", signalant que la dette extérieure du pays s'élève à 200 milliards de dollars.

Les conséquences économiques directes pour le reste du monde ne devraient pas être énormes, jugent aussi les économistes de Capital Economics. Mais cela "n'est guère surprenant étant donné qu'avec un produit intérieur brut d'environ 900 milliards de dollars, (la Turquie) ne représente qu'1% de l'économie mondiale".

© 2018 AFP

Le ministre turc des Finances Berat Albayrak s'essuie le front lors d'un discours à Istanbul, le 10 août 2018