Le dollar recule au lendemain du débat Trump/Biden

Le dollar s'inscrivait en légère baisse face aux autres grandes monnaies vendredi, effaçant une partie de ses gains de la veille après le dernier débat de la présidentielle américaine et sur fond d'in...

Le dollar s'inscrivait en légère baisse face aux autres grandes monnaies vendredi, effaçant une partie de ses gains de la veille après le dernier débat de la présidentielle américaine et sur fond d'incertitudes autour du plan de relance aux Etats-Unis.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), le dollar cédait 0,35% face à l'euro à 1,1859 dollar pour un euro.

Le dollar index, qui mesure la valeur du billet vert par rapport à un panier d'autres grandes monnaies, cédait 0,21% et enregistrait une baisse de 0,97% depuis le début de la semaine.

"Le débat final entre les deux candidats à la présidence s'est terminé sur un match nul, ce qui est plus positif pour le candidat démocrate (Joe Biden, ndlr) en tête" des sondages, a résumé Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Selon lui, le dollar, valeur refuge, recule dernièrement car la victoire de l'opposant au président Donald Trump redonnerait le goût du risque aux investisseurs, limitant l'attrait pour le billet vert.

"Mais les craintes que les résultats de l'élection ne soient contestés vont limiter cet appétit", prévient Derek Halpenny, analyste chez MUFG.

Le dollar évolue également au gré des négociations entre élus américains sur le plan de relance de l'économie dans lesquelles sont engagés la Maison Blanche et les démocrates du Congrès depuis trois mois.

Vendredi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé que des progrès avaient été réalisés, mais qu'il y avait "encore des différences considérables" entre les deux camps.

Un plan de relance ambitieux ferait grimper le déficit budgétaire américain, qui pourrait atteindre un niveau où "le réduire ne serait possible qu'en dépréciant le dollar", estime Ulrich Leuchtmann, analyste chez Commerzbank.

De l'autre côté de l'Atlantique, la Banque centrale européenne (BCE) doit se réunir la semaine prochaine.

"La BCE est à nouveau sous pression, elle doit trouver le bon message pour adoucir les maux causés par la seconde vague de Covid-19 en Europe", détaille Gaétan Peroux, analyste chez UBS.

Si, selon lui, l'institution ne devrait pas changer sa politique monétaire avant décembre, en revanche "la question de la hausse récente de l'euro face au dollar devrait être abordée".

----------------------------------------

© 2020 AFP