La valeur du jour en Europe - SAINSBURY bondit après des ventes trimestrielles supérieures aux attentes

(AOF) - Au plus haut depuis début mai 2016, Sainsbury (+6,38% à 2 753 pence) est bien accroché à la première place du FTSE 100 britannique après avoir fait état de ventes bien plus dynamiques que prév...


(AOF) - Au plus haut depuis début mai 2016, Sainsbury (+6,38% à 2 753 pence) est bien accroché à la première place du FTSE 100 britannique après avoir fait état de ventes bien plus dynamiques que prévu au troisième trimestre clos début janvier. L'enseigne a enregistré une croissance, hors carburant, de 0,8% sur cette période, dont 0,1% en organique. Les analystes anticipaient un repli des ventes à trois mois de Sainsbury, tant en données publiées que comparables, de 0,9% et 0,8% respectivement. Légèrement moins pessimiste, Bernstein tablait sur un repli en organique de 0,3%.

Avec cette performance, Sainsbury renoue avec la croissance pour la première fois depuis le quatrième trimestre, clos mi-mars, de son exercice précédent.

Depuis l'acquisition de Home Retail, qui a rejoint le giron de Sainsbury avec le e-commerçant Argos, l'enseigne est toujours la marque phare du groupe de distribution mais doit maintenant cohabiter avec Argos. Cette dernière a vu ses ventes bondir de 4% en organique au quatrième trimestre, dépassant de trois points le consensus.

Combinées, les performances de Sainsbury et Argos ont permis au groupe de signer une hausse organique de ses ventes de 1% au troisième trimestre.

La performance de Sainsbury fait suite à celle de Morrisons annoncée hier. Ce dernier a enregistré sur les deux derniers mois de 2016, soit une période plus courte que celle considérée par Sainsbury, une hausse organique, hors carburant, de son chiffre d'affaires de 2,9%, au plus haut depuis sept ans. En données publiées, la croissance a été de 2%. De plus, le groupe a indiqué qu'il anticipait un bénéfice imposable 2016/2017 supérieur au consensus.

En dépit de la comparaison rendue plus difficile en raison des différences de périodes, les chiffres publiés par les distributeurs britanniques (Tesco est attendu demain) vont dans le même sens : la consommation reste solide au Royaume-Uni et le secteur sort doucement de la déflation, le tout dans un contexte de baisse de la livre sterling post-Brexit.

D'ailleurs, selon Deutsche Bank, le marché britannique de la distribution alimentaire a progressé de 3,4% en décembre alors que l'analyste anticipait +1,2%. Les prix alimentaires ont renoué de leur côté avec l'inflation, à +0,1% contre -0,2% sur la période précédente.

Il y a quelques jours, Bernstein suggérait déjà ce scénario dans une note indiquant que l'année 2017 serait sans doute favorable au secteur de la distribution. Concernant précisément le Royaume-Uni, le broker précisait que la concurrence des discounters devrait se faire moins prégnante et que la rentabilité des Sainsbury ou Tesco devrait s'améliorer dans un contexte de rebond des prix, dans l'alimentaire notamment.




AOF - EN SAVOIR PLUS

Distribution généraliste

La progression des ventes des produits de grande consommation (PGC) s'effrite sur notre territoire. La croissance limitée à 0,1% en valeur au premier semestre 2016 est inférieure à la moyenne européenne (+0,3%), selon la dernière étude IRI Topline Report. Entre 2012 et 2014 la croissance française de ces ventes était faible mais au-dessus de la moyenne. Après être rentrée dans cette moyenne l'an passé, elle est aujourd'hui inférieure. Elle devance seulement celle de deux pays en difficulté, le Royaume-Uni et la Grèce, aux prises avec le développement agressif des hard-discounters. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène, parmi lesquels une guerre des prix acharnée et des opérations de promotion en augmentation de 8,5% sur les six premiers mois de 2016. Or cette baisse des prix n'a même pas soutenu les volumes. Ces derniers ont reculé de 0,8%, contre un repli en volumes de 0,3% pour la moyenne européenne.  L'Allemagne, l'Espagne et l'Italie sont les seuls pays où les ventes de PGC restent positives, en valeur comme en volume. Leurs niveaux sont néanmoins inférieurs à ceux de 2015.

2015 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :