La valeur du jour en Europe INDITEX dans le rouge, le premier semestre n'a pas totalement convaincu

(AOF) - Inditex recule de 2,45% à 27,9 euros à la Bourse de Madrid dans le sillage de son point d’activité du premier semestre. Si le groupe propriétaire de Zara ou encore de Massiomo Dutti a enregist...


(AOF) - Inditex recule de 2,45% à 27,9 euros à la Bourse de Madrid dans le sillage de son point d’activité du premier semestre. Si le groupe propriétaire de Zara ou encore de Massiomo Dutti a enregistré une solide croissance de ses ventes et a confirmé son objectif de chiffre d’affaires sur l'ensemble de l’année, les investisseurs s’attendaient visiblement à plus. Et ce, notamment au niveau de la marge brute, qui s'est révélée un peu décevante au deuxième trimestre, soulignent UBS et Jefferies ce matin.

In fine, sur la période de six mois close fin juillet, le groupe a enregistré un bénéfice net en hausse de 10% à 1,55 milliard d'euros. L'Ebitda a bondi de 47% et s'élève à 3,45 milliards d'euros. La marge brute ressort pour sa part à 56,8% contre 56,7% un an plus tôt.

Quant au chiffre d'affaires, il s'établit à 12,82 milliards, en croissance de 7% et de 5% en organique. L'activité a été soutenue par la croissance de l'ensemble des marques et régions, des magasins et des activités en ligne. 

Sur la période, Inditex a poursuivi l'ouverture, l'agrandissement et la rénovation de son réseau de magasins dans toutes les zones géographiques et a continué à développer sa plateforme en ligne sur de nouveaux marchés.

Au total, à fin juillet, le groupe comptait 7 420 magasins dans 96 marchés ; la plate-forme en ligne intégrée était disponible dans 62 d'entre eux.

Confiant, le groupe a ainsi maintenu son objectif de croissance des ventes de 4% à 6% pour l'ensemble de l'exercice à taux de change constant.

Côté analystes, UBS note un certain soulagement sur l'amélioration des tendances des ventes, toutefois compensé par moins de progrès que prévu sur la marge au deuxième trimestre. Le bureau d'études a réitéré sa recommandation Achat et son objectif de cours de 32 euros.

Même constat pour Jefferies, qui reste à Conserver et maintient son objectif de cours de 26 euros. " Nous demeurons d'avis que les attentes du marché quant à l'augmentation graduelle des marges s'avéreront vraisemblablement un défi pour Inditex", souligne-t-il.




AOF - EN SAVOIR PLUS

Biens de consommation


L'an passé les ventes d'hygiène-beauté en grandes et moyennes surfaces en France ont poursuivi leur décélération, en valeur (-1,8%) comme en volume (-2,1%). Sur les trois dernières années, le chiffre d'affaires a reculé de 470 millions d'euros selon le cabinet IRI. Cette tendance s'explique par deux facteurs : la déconsommation et la déflation. Le premier est lié aussi bien à l'inquiétude quant à la composition et la qualité des produits qu'au souhait de développer une consommation responsable. Quant au second facteur, l'IRI a constaté un recul de 1,5% pour l'hygiène-beauté alors que le prix moyen des produits de grande consommation s'est maintenu. Il prévoit une poursuite de cette tendance en 2019 car, avec la loi Egalim, les distributeurs sont encadrés quant aux prix et aux promotions sur l'alimentaire. Ils devraient donc miser sur des catégories non concernées comme l'hygiène-beauté pour attirer les consommateurs avec des prix bas et de fortes promotions.
Dans ce contexte défavorable, les ventes des cosmétiques bio s'en sortent bien. Ces produits représentent désormais 2,5% des ventes en valeur de l'hygiène-beauté.
Distribution spécialisée

Selon la Fédération du Commerce Spécialisé, Procos, le mois d'avril 2019 aura été difficile pour le secteur en France avec une activité qui a reculé de 5,7% à surface égale. L'équipement de la personne a pâti d'une très forte baisse (-16%) suite à un épisode météo défavorable. Les magasins de rue en centres-villes, compte tenu du poids relatif de l'équipement de la personne, ont particulièrement souffert. L'impact des actions Gilets Jaunes s'est poursuivi, les consommateurs étant réticents à se déplacer.
A fin avril et depuis le début de l'année, le chiffre d'affaires du commerce spécialisé, à surface égale, décroit légèrement (-1,3%) et comme les mois précédents, l'activité des centres commerciaux de centre-ville est particulièrement difficile en 2019 (-3,4% sur 4 mois).
Sur l'ensemble de l'année 2018, le commerce spécialisé a subi un recul de 3,3% de son chiffre d'affaires et une chute de 6,7% de la fréquentation dans les magasins. Décembre 2018, qui a été très marqué par le mouvement des Gilets jaunes, a enregistré une baisse d'activité de 3,9% pour les magasins. Suite à la mise en place de fortes baisses de prix les enseignes ont dû affronter une dégradation de leurs marges.

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance