La valeur du jour à Wall Street - WORKDAY dévisse du fait de ses objectifs décevants

(AOF) - L'action Workday chute de plus de 7% à 213,70 dollars, le spécialiste américain des solutions Cloud pour la gestion financière et la gestion des ressources humaines ayant présenté des prévisio...


(AOF) - L'action Workday chute de plus de 7% à 213,70 dollars, le spécialiste américain des solutions Cloud pour la gestion financière et la gestion des ressources humaines ayant présenté des prévisions prudentes. " Workday a réalisé un nouveau trimestre solide dans un contexte difficile, avec des revenus tirés des abonnements, des résultats et des marges supérieurs aux attentes ", explique Credit Suisse à propos des résultats du troisième trimestre, clos fin octobre.

Sur cette période, le spécialiste américain des solutions Cloud pour la gestion financière et la gestion des ressources humaines a publié un e perte nette de 23,4 millions de dollar, soit - 10 cents par action, réduite par rapport à l'année dernière à la même époque. Elle s'était alors élevée à 115,73 millions de dollars, soit - 51 cents par titre. Le bénéfice ajusté par action est cependant ressorti à 86 cents sur la période, là où les analystes attendaient en moyenne 67 cents.

De son côté, le chiffre d'affaires a progressé de 17,9% à 1,1 milliard de dollars, dépassant le consensus de 1,83 %. Les abonnements représentent 968,5 millions (+21,3%).

Si les résultats sont meilleurs que prévu, les investisseurs ont été déçus par les prévisions. Workday anticipe une croissance de 14% de son backlog d'abonnement. UBS souligne que cette prévision est inférieure de 18% à ses prévisions, mais surtout la progression la plus faible jamais annoncée par la société. Il s'agit du montant que l'entreprise a déjà facturé à un client, mais qui n'a pas encore été gagné par Workday. Il figure au passif de son bilan jusqu'à ce qu'il puisse être reconnu comme revenu.




AOF - EN SAVOIR PLUS

Informatique - Editeurs de logiciels

La dernière étude menée par EY pour le compte du Syntec Numérique souligne que les éditeurs français ont affiché une croissance de 10% de leur chiffre d'affaires l'an passé (à 16 milliards d'euros). Néanmoins cette croissance avait atteint 13% entre la période 2016/2017. De plus certains de ces grands acteurs traversent des difficultés : ainsi Criteo, numéro deux du classement, a subi un recul de son activité (passée de 2,036 milliards en 2017 à 1,947 en 2018). De même l'activité édition de Sopra Steria a reculé de 619 millions d'euros à 615,5 millions en 2018. Sans les dix premiers éditeurs du classement, le secteur afficherait une croissance de 18%. Le chiffre d'affaires généré par le Saas est passé de 24% à 37 % en trois ans pour les éditeurs. Tous les acteurs de moins de 5 ans développent désormais des offres Saas. La plupart des éditeurs soulignent que la pénurie de talents sur le marché constitue un frein à leur développement.

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :