La valeur du jour à Wall Street - HEWLETT PACKARD ENTREPRISE touché de plein fouet par la crise du Covid-19

(AOF) - Hewlett Packard Enterprise chute de 11,53% à 9,17 dollars, les investisseurs sanctionnant ses résultats dégradés et l'absence de visibilité sur ses revenus. Le groupe spécialisé dans les matér...


(AOF) - Hewlett Packard Enterprise chute de 11,53% à 9,17 dollars, les investisseurs sanctionnant ses résultats dégradés et l'absence de visibilité sur ses revenus. Le groupe spécialisé dans les matériels et services informatiques pour entreprises, moins engagé dans la dématérialisation de ses services que d'autres sociétés du secteur technologique, a été touché de plein fouet par la crise du Covid-19 en raison d'une pénurie de composants et de ruptures dans sa chaîne d'approvisionnement.

Pour faire face à ce contexte difficile, le groupe américain a dévoilé un plan d'économies de 800 millions de dollars, en net. Il lui en coutera entre 1 et 1,3 milliard de dollars au cours des 3 prochaines années.

Par ailleurs, le salaire de base du Directeur général et de chaque Vice-président exécutif sera réduit de 25%. Les administrateurs connaîtront, eux, une baisse de 25% de la part des honoraires annuels de 100 000 dollars à laquelle ils ont droit pendant la période courant du 1er juillet à la clôture de l'exercice.

Les comptes du groupe technologique sont tombés dans le rouge au deuxième trimestre, clos fin avril, à hauteur de 819 millions de dollars, soit -64 cents par action. Il affichait un bénéfice net de 419 millions de dollars ou 30 cents par action un an auparavant. Hors éléments exceptionnels, le BPA est ressorti à 22 cents, soit 8 cents de moins que le consensus de FactSet.

Hewlett Packard Enterprise a été confronté à une nette baisse de son activité : les revenus ont reculé de 16% à 6 milliards de dollars, là où les analystes tablaient sur 6,33 milliards. Ils ont baissé de 15% à taux de change constants.

La firme technologique américaine avait retiré ses objectifs 2020 le 6 avril en raison du Coronavirus et indique qu'elle ne fournira pas de guidance pour le troisième trimestre.

JPMorgan reste à l'écart de la valeur en raison de la visibilité limitée sur le chiffre d'affaires, bien qu'il soit de plus en plus constructif du fait des actions agressives visant à redimensionner l'entreprise.

Même constat pessimiste pour UBS : " l'action se négocie avec une décote par rapport à son historique, compte tenu des difficultés au niveau des revenus, du manque de visibilité et de la réduction des flux de trésorerie. Cependant, nous pensons qu'il est peu probable que les multiples de valorisation augmentent tant qu'il n'y aura pas de visibilité sur les revenus. "




AOF - EN SAVOIR PLUS

Informatique - Editeurs de logiciels

La dernière étude menée par EY pour le compte du Syntec Numérique souligne que les éditeurs français ont affiché une croissance de 10% de leur chiffre d'affaires l'an passé (à 16 milliards d'euros). Néanmoins cette croissance avait atteint 13% entre la période 2016/2017. De plus certains de ces grands acteurs traversent des difficultés : ainsi Criteo, numéro deux du classement, a subi un recul de son activité (passée de 2,036 milliards en 2017 à 1,947 en 2018). De même l'activité édition de Sopra Steria a reculé de 619 millions d'euros à 615,5 millions en 2018. Sans les dix premiers éditeurs du classement, le secteur afficherait une croissance de 18%. Le chiffre d'affaires généré par le Saas est passé de 24% à 37 % en trois ans pour les éditeurs. Tous les acteurs de moins de 5 ans développent désormais des offres Saas. La plupart des éditeurs soulignent que la pénurie de talents sur le marché constitue un frein à leur développement.
Constructeurs informatiques

Les prévisions d'IDC pour le marché mondial ne sont pas bonnes car, sur les prochaines années, les ventes des dernières générations de matériels ne pourront pas compenser le déclin du marché. Avec une décroissance annuelle moyenne de 2,4%, le marché mondial de l'informatique personnelle ne devrait plus peser que 365,7 millions d'unités en 2023, contre 402,2 millions prévus cette année. Comme souvent ce sont les livraisons de terminaux informatiques traditionnels qui devraient le plus reculer avec une baisse moyenne de 4,3% par an d'ici 2023. En revanche IDC prévoit que les portables ultra-fins devraient bénéficier d'une croissance annuelle moyenne de 5,5% pour atteindre 99,3 millions d'unités vendues dans cinq ans. Face à cet environnement difficile, certains acteurs optent pour une stratégie de niche. Ainsi Asus cible le marché des ordinateurs pour professionnels, un segment qui résiste mieux que le grand public. Il cible également le segment du jeu vidéo où il est entré en 2006.

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :