La valeur du jour à Paris - LAGARDERE poursuit son recentrage déjà bien engagé, le titre bondit

(AOF) - Lagardère bondit de 5,33% à 24,09 euros sur la place de Paris et signe la plus forte hausse du SBF 120 après des résultats annuels conformes aux attentes. Les investisseurs saluent également l...


(AOF) - Lagardère bondit de 5,33% à 24,09 euros sur la place de Paris et signe la plus forte hausse du SBF 120 après des résultats annuels conformes aux attentes. Les investisseurs saluent également le déploiement de son plan de recentrage stratégique sur ses deux piliers prioritaires, à savoir Lagardère Publishing et Lagardère Travel Retail. Le groupe a engagé une série de cessions chez Lagardère Active pour se concentrer sur l'édition et le commerce de détail dans les gares et aéroports.

Ainsi, Lagardère a finalisé depuis mi-2018 douze opérations de cession concernant les radios à l'étranger, les principaux actifs digitaux, la participation dans Marie Claire et l'essentiel des titres de presse magazine en France.

Et ces cessions se poursuivent. Le groupe est notamment entré en négociations exclusives en vue de la cession des Chaînes TV hors Mezzo.

"Les objectifs sont principalement l'amélioration du profil industriel et l'amélioration de la génération de cash du groupe, permettant notamment de financer le développement des métiers", a commenté Lagardère.

Dans cette optique, Lagardère réinvestit sur ses deux activités clefs, à savoir Lagardère Publishing et Lagardère Travel Retail, grâce aux produits de cessions d'actifs (Lagardère Active et actifs immobiliers).

Le groupe a notamment acquis Hojeij Branded Foods, un spécialiste de la Restauration en Amérique du Nord, la maison d'édition Worthy Publishing Group, mais est aussi entrée en négociations exclusives pour l'acquisition de Gigamic, créateur, éditeur et distributeur de jeux de société.

Un recentrage stratégique bien engagé, salué par les investisseurs. Et ce, dans le sillage de résultats annuels 2018 conformes aux attentes.

Ainsi, le groupe dirigé par Arnaud Lagardère affiché des résultats conformes aux attentes, avec un résultat net part du groupe en hausse de 10% à 194 millions d'euros. Par ailleurs, le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Résop) croît de 2,1% à 401 millions. 

Quant au chiffre d'affaires, il atteint 7,258 milliards d'euros, en croissance de 2,5% en données consolidés.

Concernant ses perspectives pour 2019, le groupe Lagardère prévoit une progression du Résop du périmètre d'activités cible comprise entre +4% et +6%.




AOF - EN SAVOIR PLUS



Les points forts de la valeur

- Stratégie de cession des activités les moins rentables : la distribution en Belgique, Hongrie, Canada et Espagne, et la presse grand public en France ;
- Très bonne situation financière, renforcée par la cession de Doctissimo, et rendement pérenne élevé.


Les points faibles de la valeur

- Forte décote en Bourse en raison du manque de visibilité sur la cession des activités jugées non stratégiques ;
- Impact négatif des changes ;
- Dans la production audiovisuelle, taille insuffisante en Europe et recul des audiences d’Europe 1, d’où une baisse de la marge opérationnelle ;
- Détérioration de la couverture opérationnelle des besoins en fonds de roulement
- Valeur sanctionnée en raison de perspectives prudentes.


Comment suivre la valeur

- Sensibilité à la fréquentation dans les aéroports, aux best-sellers et aux évènements sportifs ;
- Exécution finale du plan stratégique 2014-2018;
- Cession des titres de presse en France – Elle, Art&Décoration, Télé 7 jours, France Dimanche, Ici Paris et Public- et des actifs radio en république tchèque, Pologne, Slovaquie et Roumanie et attente d'une sortie du marketing sportif ;
- Aucun caractère spéculatif en raison du statut de commandite par action (OPA impossible).

Communication - Medias

D'après une étude du cabinet de conseil BearingPoint, les recettes publicitaires des medias historiques (télévision, presse, radio, affichage, cinéma) français se sont effondrées de 43%, à 6,7 milliards d'euros, entre 2000 et 2017. Le marché publicitaire total a été, lui, en déclin de 12 milliards sur la période, à 10,3 milliards d'euros. En revanche, sur la même période, la part des revenus publicitaires d'Internet (essentiellement Google et Facebook) est passée de quasiment 0 % à 35 %, les recettes atteignant 3,6 milliards d'euros. C'est la presse qui a le plus souffert, avec, depuis 2000, des recettes nettes publicitaires de la presse papier en recul de 71%, à 1,5 milliard d'euros. La diminution est moins forte pour la télévision, dont les recettes publicitaires ont baissé de 17%, à 3,2 milliards d'euros. La presse a déjà diversifié ses sources de revenus pour s'affranchir de sa dépendance à la publicité, en organisant des salons, des formations, ou en proposant des services (par exemple voyages sur-mesure pour Le Figaro, conférences, spectacles et édition pour France Inter).

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :