ESSILORLUXOTTICA : Phitrust et Comgest regrettent les conclusions de l'AG et s'interrogent

(AOF) - Les deux résolutions présentées par Phitrust et Comgest pour l’élection de deux nouveaux administrateurs indépendants d'EssilorLuxotitca n’ont pas été adoptées. Mais, avec un taux de participa...


(AOF) - Les deux résolutions présentées par Phitrust et Comgest pour l’élection de deux nouveaux administrateurs indépendants d'EssilorLuxotitca n’ont pas été adoptées. Mais, avec un taux de participation de 75%, les scores obtenus par la résolution A pour la nomination de Wendy Lane (43,7%) et par la résolution B pour Jesper Brandgaard (35%) sont un signe positif et permettent de tirer des conclusions éclairantes, estiment les deux sociétés de gestion dans un communiqué.

Phitrust et Comgest observent que les équipes chargées de l'intégration ont présenté des éléments méthodologiques constructifs avec un discours plein d'élan. Reste à savoir s'il ne s'agit pas que d'un discours " de holding ", la réalité sur le terrain restant difficile à apprécier et ne pouvant être illustrée réellement que par des résultats chiffrés, soulignent-elles.
Pour Phitrust et Comgest, malgré l'accord du 12 mai dernier, de grandes incertitudes demeurent sur le fonctionnement de la gouvernance.
Tout en reconnaissant que l'accord de rapprochement a prévu la recherche d'un Directeur général à l'extérieur du groupe, Leonardo Del Vecchio a avoué qu'il préfèrerait une personnalité ayant une connaissance de l'intérieur des sociétés, constatent les deux groupes.

La levée de bouclier de Delfin contre la nomination de nouveaux administrateurs et son impact sur les votes illustre la réalité de l'exercice du pouvoir dans le nouvel ensemble.

Pour les deux gérants, elle laisse hélas aussi entrevoir ce qui pourrait se passer au-delà de l'assemblée générale de 2021 avec la prise de contrôle effective par Delfin d'EssilorLuxottica, alors que les " autres minoritaires " (64% des droits de vote) se verront léser d'une prime de contrôle.
A l'issue de cette assemblée poursuivent Phitrust et Comgest, on peut estimer que la rareté, voire l'absence de prise de parole du premier dirigeant d'EssilorLuxottica font craindre que la crise de gouvernance actuelle ne soit qu'un prélude, qui pourrait hypothéquer la bonne exécution du processus de rapprochement. Cela d'autant plus que la plus grande opacité règne sur le devenir de Delfin et les dispositions de Leonardo Del Vecchio pour assurer sa succession.

Pour les deux sociétés de gestion, reste à espérer que les initiatives prises par sept actionnaires professionnels et les résultats des votes de l'assemblée (notamment sur les rémunérations des dirigeants) marqueront suffisamment les administrateurs actuels d'EssilorLuxottica pour qu'ils en tirent des enseignements quant à la nécessité d'ouvrir leur gouvernance, de donner des éléments objectifs sur la réalité et la pérennité de ce rapprochement.

En conséquence,  Phitrust et Comgest réitèrent leur souhait que le conseil d'administration considère la possibilité de nommer nos deux candidats de son propre chef.





AOF - EN SAVOIR PLUS



Les points forts de la valeur

- Leader mondial de l’optique ophtalmique avec plus de 25 % du marché sous les marques Varilux, Crizal, Transitions, Eyezen, Bolon, Costa, Eyezen, Xperio… ;
- Marché très porteur, d’une valeur l’ordre de 300 Mds€, la mauvaise vision étant le 1er handicap mondial, touchant les 2/3 de la population, 1/3 ne la corrigeant pas ;
- Forte présence aux Etats-Unis où sont réalisées la moitié des ventes ;
- Vers un renforcement des verres solaires par la fusion, en juillet 2018, avec l’italien Luxottica ;
- Chiffre d’affaires de 7,5 Mds€ réparti entre les verres (87 % du chiffre d’affaires) les lunettes prémontées et solaires (9,1 %) et l’équipement pour Essilor seul, Essilorluxottica réalisant 15 Mds€ de revenus ;
- Leadership acquis par un rythme soutenu d'innovations (30 % du CA réalisé avec des produits de moins de 3 ans) et par « maillage » des pays au travers de partenariats et d’acquisitions (plus de 250 en 10 ans) ;
- Montée en puissance du digital qui apporte 500 M€ de revenus ;
- Capacité du groupe à maintenir ses marges, y compris dans les périodes de ralentissement économique et de forte concurrence.


Les points faibles de la valeur

- Montée de la concurrence de la chirurgie ophtalmologique et des lentilles de contacts ;
- Concurrence venant des produits asiatiques moins chers à la qualité améliorée ;
- Faiblesse relative de l’activité en Europe ;
- Impact fortement négatif des changes (real, yuan, livre britannique et dollar) sur le chiffre d’affaires.


Comment suivre la valeur

- Valeur de croissance défensive (achat de lunettes pouvant être reporté mais pas annulé) apparentée au marché de la santé ;
-  Capital réparti entre Delfin, ancien actionnaire majoritaire de Luxottica (38,93 % des titres avec droits de vote plafonnés à 31 %), et les salariés d'EssilorLuxottica (4,9 %). 

Biens de consommation

En hygiène-beauté, les grands acteurs renforcent leur offre sur le segment très dynamique du bio, pour répondre à la demande des consommateurs. Ce marché est estimé à 6,6 milliards d'euros par le cabinet d'analyses Iri et pèse seulement 1,8% du total hygiène-beauté en grande distribution. C'est bien inférieur à son poids dans l'alimentaire (4,5%) ou les produits d'entretien (6%). Si ce segment est encore dominé par les PME, les géants du secteur mènent des initiatives notables. Henkel a étoffé son offre Vademecum et Unilever lance sa première gamme bio de douches et déodorants avec la marque Monsavon. Après une première tentative infructueuse il y a une dizaine d'années, avec Ushuaïa et Mixa, l'Oréal vient de lancer une marque certifiée bio, la Provençale, dans le segment des soins du visage. C'est sur ce créneau que le bio est le plus développé en grandes et moyennes surfaces. Après Kérastase et L'Oréal Paris, c'est la troisième marque créée dans l'histoire du groupe.



2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Société(s) citée(s) :
Société(s) citée(s) :