Clôture Paris : prises de bénéfices

LA TENDANCE La semaine a commencé la semaine sur des prises de bénéfices ce lundi, avec un CAC40 en repli de 0,64% à 5.573 points. Vendredi, l'indice de référence avait clôturé au-dessus de la ba...

LA TENDANCE

La semaine a commencé la semaine sur des prises de bénéfices ce lundi, avec un CAC40 en repli de 0,64% à 5.573 points. Vendredi, l'indice de référence avait clôturé au-dessus de la barre des 5.600 points pour la première fois depuis le 26 février dernier, effaçant ainsi 9 mois de crise sanitaire...
La tendance est également à la consolidation à Wall Street, après les records de fin de semaine dernière. Aux États-Unis, des avancées semblent palpables concernant le tant attendu plan de relance de l'activité économique. Les leaders européens discuteront eux aussi cette semaine d'un fonds de soutien de 750 milliards d'euros, tandis que la BCE doit doper son QE...

ECO ET DEVISES

Les opérateurs restent aussi à l'écoute des discussions toujours aussi difficiles sur le Brexit qui continuent de coincer...
Sur le front sanitaire, alors que l'épidémie se propage toujours très vite aux États-Unis et dans d'autres régions du monde, l'optimisme relatif aux vaccins persiste... Les inoculations débuteront dès demain au Royaume-Uni. La FDA devrait quant à elle accorder une autorisation d'utilisation d'urgence au candidat vaccin de Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech jeudi, la distribution débutant potentiellement dès le lendemain. Le temps presse, alors que les USA affichent de nouveaux records de cas, décès et hospitalisations du fait du nouveau coronavirus, et que la majeure partie de la Californie se retrouve confinée. En Asie, Japon et Corée du Sud inquiètent également, tandis qu'en Europe, la stabilisation de la pandémie reste à confirmer.
L'euro revient sur les 1,2140/$ entre banques. Le baril pointe sur les 49$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Erytech Pharma (+9%) a fait état de résultats positifs de l'étude de phase 2 dans la leucémie aiguë lymphoblastique avec eryaspase.

Claranova : +8% avec Plastivaloire et Gl Events (+7%)

Covivio : +6% avec Mauna Kea, Nanobiotix

Xilam : +5% suivi de Derichebourg, EOS Imaging, Aures, DBV

Argan : +3,5% suivi de Elior, Technicolor, Geci et Nexans

Vallourec : +2% suivi de Eutelsat, Nicox

Air France KLM : +1,5%. Alors que les spéculations autour du prochain renforcement du bilan de la compagnie aérienne vont bon train, 'RTL' croit savoir que l'État français, qui possède déjà 14% du capital du groupe franco-hollandais, va injecter 4 à 5 milliards d'euros supplémentaires au printemps prochain, et doubler ainsi sa participation dans le transporteur.
Air France a obtenu en avril l'octroi d'une aide de 7 milliards d'euros qui se décompose en un prêt de 4 milliards octroyé par un syndicat de six banques, garanti par l'Etat français à hauteur de 90%, et en un prêt direct de 3 MdsE de l'Etat. Les Pays-Bas ont quant à eux apporté 3,4 milliards d'aide à KLM.
Si le management a démenti à plusieurs reprises avoir besoin de liquidités à court terme, il n'a en revanche jamais caché le besoin de renforcer son bilan pour faire face à la crise actuelle et à une reprise qui tarde à se matérialiser avec les nouvelles vagues de Covid-19 à travers le monde...

Bigben gagne encore 1,4%. Midcap Partners a revalorisé Bigben de 22 à 27 euros et maintient son avis 'achat'.

STM : +1% avec Vicat, Spie, Séché, Seb, CGG et SMCP

VALEURS EN BAISSE

Balyo : -4% avec Akwel, AKKA et Inventiva

Société Générale perd 3%. La banque rouge et noire a détaillé ce matin la réorganisation de sa banque de détail en France avec notamment le rapprochement à venir entre les enseignes Crédit du Nord et Société Générale et le renforcement du développement de sa banque en ligne Boursorama. Concernant le premier point, la banque de la Défense explique que la mesure va déboucher sur la fermeture de 600 agences, à environ 1.500, d'ici 2025. Si le groupe n'a pas indiqué l'impact de cette mesure sur l'emploi, il anticipe une réduction nette de sa base de coûts de plus de 350 millions d'euros en 2024 et d'environ 450 millions d'euros en 2025 par rapport à 2019. L'entité combinée entre Société Générale et Crédit du Nord vise par ailleurs une rentabilité des fonds propres normatifs dans le cadre de Bâle 3 d'environ 11% à 11,5% en 2025.

IPSOS : -3% avec Voluntis

BNP Paribas recule aussi de 2,5% avec Crédit Agricole.

Plus forte baisse du CAC40, Kering recule de 2%. UBS a dégradé le dossier à 'neutre' avec une cible ramenée de 660 à 624 euros. Grâce à son portefeuille de marques fortes, à une stratégie numérique de premier plan et à une un contrôle financier strict, Kering s'est révélé être l'une des valeurs les plus résistantes du secteur en 2020 avec un titre en hausse de 3% depuis le premier janvier. Toutefois, à l'approche de 2021, une importante année de transition pour le principal actif du groupe Gucci (environ 80% de l'EBIT), le broker pense que le besoin à court terme de réinvestir dans la marque pourrait laisser un potentiel d'appréciation des bénéfices limité avec aucun catalyseur évident pour un nouveau re-rating.

Robertet : -2% avec Bouygues, Veolia, GTT, Veolia

EDF : -2%. La réorganisation du groupe et la refonte de la réglementation de l'électricité nucléaire continuent à faire jaser... Alors que le titre avait profité la semaine dernière de bruits de couloirs évoquant un prochain accord entre Paris et Bruxelles sur la réforme envisagée, une source à l'Elysée a indiqué à Reuters que les discussions entre la France et la Commission européenne progressent mais n'ont pas encore permis de déboucher sur un accord. "Les discussions se passent dans un climat constructif, elles avancent, il y a des progrès mais pas au point qu'on puisse dire qu'on a un accord", a expliqué la source. "Sur des paramètres qui sont essentiels, il n'y a pas encore d'accord avec la Commission".
Les discussions portent entre autres sur une refonte du mécanisme de fixation du prix de l'électricité nucléaire (Arenh) visant à garantir la couverture des coûts d'EDF tout en préservant les consommateurs de hausses de prix trop importantes. L'Etat, qui détient 84% d'EDF, cherche à obtenir l'approbation des autorités européennes pour réformer l'industrie du nucléaire et donner davantage de moyens à l'électricien national.
Quant au projet de réorganisation de l'électricien, connu sous le nom d''Hercule', il prévoit notamment une séparation entre les activités nucléaires d'EDF et celles liées aux énergies renouvelables, le groupe envisageant d'ouvrir le capital de ces dernières. Mais le plan suscite des craintes parmi les organisations syndicales qui redoutent qu'il ne soit un premier pas vers un démantèlement et l'intersyndicale d'EDF a appelé à une nouvelle journée de grève le 10 décembre.

Total : -1,5% avec M6, IPSEN, Nexity et Vinci

Arkema cède 1,3%. Morgan Stanley a dégradé Arkema à 'pondération en ligne' avec un objectif de cours ramené de 100 à 96 euros.